Des nouvelles du Front

Les potins du collectif anti déchets nucléaires - N° 1

        Bulletin de liaison des "Habitants vigilants" de Grand[1]                                       janvier 2009

 

 

  1. Finalement, la commune de Grand est-elle candidate ou non auprès de l'ANDRA ?

 

a) Selon Monsieur le Maire : « Nous ne sommes que dans une phase d'information » :

 

Dans « Les potins du Maire[2] - N°3, Bulletin de liaison de la commune de Grand, 20 décembre 2008 », Monsieur le Maire déclare en effet que la commune n'est pas engagée dans un processus d'installation d'un centre d'enfouissement de déchets radiotoxiques sur le territoire de Grand : « Nous ne sommes donc que dans une phase d'information et seulement d'information » et la « commune comme l'ANDRA[3] peuvent à tout moment mettre fin à leurs contacts ».

 

b) Seulement, dans un premier courrier du 25 septembre 2008 adressé à Monsieur le Maire, le président de l'agence annonce :

 

« Je vous informe que le nom de la commune de GRAND figurera donc sur la liste des candidatures que je transmettrai au Gouvernement /.../ ».

 

A nouveau, en réponse à la lettre que Monsieur le Maire vient de lui adresser, le Président de l'ANDRA confirme le 13 novembre 2008 :

 

« J'ai bien reçu votre courrier en date du 23 octobre, dans lequel vous me précisez la position de la commune sur le projet de stockage de déchets radioactifs de faible activité à vie longue. J'ai bien pris note du fait que la candidature de votre commune est conditionnée par les résultats des investigations géologiques et par les conclusions des échanges qui auront lieu avec la population en 2009 et 2010.

Je vous confirme donc que, comme prévu, le nom de GRAND figurera sur la liste des communes intéressées par des investigations approfondies en 2009 et 2010, que je transmettrai au Gouvernement ».

 

et d'ajouter « votre position est en tout point conforme à notre démarche ».

Bien mieux, la « position » prise par la commune de Grand s'inscrit tout à fait dans le calendrier élaboré par l'ANDRA.

 

c) Donc, contrairement à ce qu'affirme Monsieur le Maire, l'ANDRA considère bien que GRAND compte au nombre des rares communes - une trentaine sur les 3115 contactées - candidates à l'enfouissement sur son territoire de déchets radiotoxiques.

 

Le 2 juillet 2008, dans la précipitation et sans consulter la population, une courte majorité du Conseil Municipal a bien mis le doigt dans un funeste engrenage.

 

 

•2.     Et la pétition, Monsieur le Maire ?

 

a) Monsieur le Maire s'interroge sur ce « qu'exprime cette pétition » : mais, ce n'est pas la pétition que Monsieur le Maire commente, c'est « La lettre ouverte aux habitants de Grand » qui appelle les habitants à la signer ! Encore faut-il remarquer qu'il opère un tri - partial - entre les sujets :

 

  • - Pas un mot sur le fait que «devant les dangers, plus de 3000 Maires démarchés par l'ANDRA ont dit non sans attendre les sondages géologiques»;
  • - Silence sur l'information selon laquelle GRAND «a été la première commune à se déclarer candidate à la candidature»;
  • - Motus sur la nouvelle appellation de la commune dans les médias: «Aujourd'hui GRAND "La Romaine", demain GRAND "La Poubelle"»;
  • - Motus également sur l'appréciation selon laquelle «l'équipe municipale n'a pas été élue pour un mandat de 6 ans pour faire de notre commune une décharge nucléaire pour des milliers d'années! ».

 

b) Monsieur le Maire appelle à une information objective... mais auprès de qui ? :

Monsieur le Maire estime que « pour être valable, l'expression démocratique /.../ devra se fonder sur une information objective et tenant compte de tous les avis : opposants bien sûr,  spécialistes de la radioactivité et géologues indépendants, ANDRA, etc. ».

 

Or, dès le 3 septembre (Les potins n° 2), Monsieur le Maire ne proposait-il pas aux conseillers de visiter, un premier site de l'ANDRA , le laboratoire de Bure « afin de pouvoir juger sur place du sérieux et du professionnalisme de l'agence ».

Et maintenant, qu'envisage-t-il ? : de se rendre, dans un deuxième site de l'ANDRA, « dans une commune ayant un centre de stockage sur son territoire, allant ainsi à la rencontre des élus et des habitants du cru », afin d'en recevoir des « informations  objectives ».

Monsieur le Maire ne jure que par l'ANDRA. Mais, comment l'ANDRA peut elle être objective, alors qu'elle "vit" des déchets à traiter et qu'elle est donc dans cette affaire « juge et partie » ?

En définitive, de qui se moque-t-on ? Qui « manipule la population » ?

 

Car, jusqu'à présent les seules initiatives - prises pour s'informer et qui ne viennent pas de l'enfouisseur, c'est-à-dire de l'ANDRA - ont été justement le fait des opposants au projet : réunion publique à la Maison de Tous, envoi de documents aux conseillers municipaux... Faut-il ajouter la pétition, les tracts, la manifestation du 13 décembre ?

 

 

  1. Et  maintenant ?

 

Plus des 3/4 des signataires de la pétition se prononcent contre le projet d'enfouissement à GRAND de déchets radiotoxiques. Monsieur le Maire répond : « tout cela nécessitera du temps, mais rien ne presse puisque nous ne sommes pas engagés, alors profitons de ce délai pour en discuter /.../et pourquoi pas /.../ s'approprier le dossier ».

« S'approprier le dossier », dont "vos administrés" ne veulent pas, Monsieur le Maire. Pourquoi ne pas les écouter, alors qu'ils ont eu le courage de signer de leurs nom et prénom, de s'engager personnellement en disant non à la décharge nucléaire.

Et, puisque la commune peut « à tout moment mettre fin » à ses contacts avec l'ANDRA, alors pourquoi, ne pas le faire dès maintenant ?

 

 

Pour le Collectif :   Chantal BERTAUX  -  Jean-Noël LEJEUNE  -  Maurice MICHEL



[1] Habitants vigilants : Collectif  « pour la sensibilisation de l'opinion sur les dangers de l'enfouissement des déchets radioactifs : association en cours de constitution ».

[2]  L'intitulé exact du document remis dans nos boîtes à lettres est « les potins du conseil » ; en fait, ce texte n'a jamais été avalisé par le conseil municipal. Il s'agit de la position de Monsieur le Maire.

[3] ANDRA : agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site